Les malades mentaux, les politiciens et les sacrifices


La journée mondiale de la santé mentale célébrée le 10 octobre depuis 1992 au niveau international est devenue  planétaire. Elle a pour objectif de sensibiliser et d’éduquer le public envers la santé mentale. Les données dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dispose indiquent que les individus atteints de troubles mentaux, et en particulier celles qui sont placées en établissement, présentent des taux de mortalité par cancer et par cardiopathie plus élevés que la population générale.

Au Sénégal et un peu partout en Afrique les malades mentaux ne sont pas considérés comme des êtres humains. Les hôpitaux sont construits pour leurs maisons de repos et non pour le but recherché qui est de rétablir leur faculté mentale.

Certains malades sont attaché comme des bêtes, leurs familles se désintéressent complètement d’eux.

Ils sont dés fois la cible des personnes mal intentionnée qui les maltraitent ou les tuent pour des fin sacrificielles.

Comme le cas de Tambacounda une localité  où les malades mentaux subissent une injustice totale.Il y a de cela quelques années 08 malades mentaux ont été sauvagement tuées par des inconnus. La raison de leurs assassinats reste un mystère jusqu’à  présent. Voici plus de trois ans que la population demande justice pour ces crimes. Les coupables sont toujours dans la nature, pour certaines ces meurtres seraient commandités par des hommes politiques très puissants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.