Faux et usage de faux : Un professeur d’Histo-Géo condamné à 3 mois de prison


Le tribunal de Grande Instance de Kolda a infligé, ce mercredi 14 juin, une peine de trois (3) mois d’emprisonnement ferme au professeur d’Histoire et de Géographie du CEM 4 de Mbour, Abdoul Aziz Ndour, qui se faisait passer pour un recruteur de la Fonction publique.

De l’audace, Abdoul Aziz Ndour en a, et surtout de la suite dans les idées. Le professeur d’Histoire-Géographie au CEM 4 de Mbour n’a jamais hésité à user de manœuvres frauduleuses pour arnaquer des personnes. Mais finalement, ses agissements lui ont ouvert les portes de la prison de Kolda. L’éducateur a été condamné, ce mercredi 14 juin, à 3 mois d’emprisonnement ferme par le tribunal de grande instance de Kolda. En plus de la sanction pénale, il va payer à ses trois victimes la somme de 800 000 francs CFA. Abdoul Aziz Ndour a été reconnu coupable des délits de faux et usage de faux dans un document administratif et escroquerie.

Pour rappel, Abdou Aziz Ndour est présenté comme un enseignant très compétent, en matière de falsification des documents administratifs et d’escroquerie. Le natif de Louga, marié et père de cinq enfants, a été recruté dans la fonction publique comme professeur d’Histoire et de Géographie. Après avoir servi au CEM de Dabo, puis au CEM Sikilo Ouest de Kolda commune, il a été affecté, en 2015, à Mbour, plus précisément au CEM 4. Mais il a été rattrapé par ses méfaits commis dans la capitale du Fouladou. Car, durant son séjour dans cette partie sud du pays, le professeur parcourait le département de Kolda et faisait croire aux populations qu’il était chargé de recruter des professeurs d’EPS. Il disait à qui voulait l’entendre qu’il voulait aider les populations du Fouladou.

A LIRE AUSSI  Drame à Malem Hodar : Une femme de 40 ans retrouvée morte, avec son bébé de quatre ans, au fond d’un puits

Pour gagner la confiance des honnêtes citoyens, Abdou Aziz Ndour avait par devers lui un ordre de service délivré par le ministère de l’Education nationale signé par Baba Ousseynou Ly, secrétaire général dudit ministère. Ainsi, du haut de son statut de professeur, il n’a eu aucun mal à s’attirer une clientèle nombreuse et a empoché 267 000 francs CFA, sans compter les autres montants reçus auprès d’autres victimes. Ces sommes d’argent, disait-il, étaient destinées aux frais de dossiers. Arrêté le 04 décembre 2016 par les gendarmes de Mbour, puis conduit sous bonne escorte jusqu’à Kolda, il a été déféré le jeudi 08 décembre 2016 au parquet, avant d’être conduit en prison.

L’éducateur a reconnu les faits

Le 24 mai 2017, Abdoul Aziz Ndour a été confronté à trois de ses victimes devant la barre du Tribunal de Grande Instance de Kolda. Face aux juges, les trois victimes ont expliqué qu’Abdoul Aziz Ndour leur a fait miroiter qu’il allait les recruter dans la Fonction publique. Qu’il avait réussi à leur soutirer la somme de 267 000 francs. Interpellé, l’éducateur avait reconnu avoir empoché l’argent des victimes. « Je reconnais avoir confectionné l’ordre de service à l’Université de Dakar et falsifié la signature et le cachet du secrétaire général du ministère de l’éducation nationale. ». Par contre, il avait soutenu n’avoir rien réclamé à qui que ce soit. ‘’Ce sont les victimes qui m’ont remis de l’argent en guise de transport et les frais pour les dossiers. Car le recrutement ne se faisait plus au niveau régional, mais plutôt au niveau du ministère et comme j’avais des rapports avec certains agents du ministère, j’ai voulu les aider afin qu’elles puissent être recrutées dans la fonction publique.’’

A LIRE AUSSI  TEUSS Faits Divers du Jeudi 05 Janvier 2017 sur la Zikfm

« Les faits sont constants. Abdoul Aziz Ndour a failli à sa mission d’éducateur, du fait qu’il a terni l’image de l’enseignement en voulant vivre sur le dos des honnêtes citoyens », avait martelé le procureur Yoro Moussa Diallo, avant de requérir une peine d’un an de prison ferme.

L’avocat du prévenu, Me Prosper Djiba, avait lui présenté des excuses au tribunal du fait que son client avait eu tort de s’immiscer dans les affaires du ministère de l’Education national. « Je demande la clémence du tribunal. Parce qu’Abdoul Aziz Ndour est désormais radié de la Fonction publique, plongeant sa famille dans le désarroi », avait-il plaidé.

 

ENQUËTE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.