L’employé de l’hôpital Principal Lamine Gassama tente de violer Marie Christine Kankola


Ayant comparu hier devant la barre des flagrants délits pour les infractions de tentative de viol et de vol commis la nuit avec escalade au préjudice de Marie Christine Kankola, Lamine Gassama encourt 2 ans d’emprisonnement ferme. Le prévenu sera fixé sur son sort ce mercredi 6 septembre. 

L’employé de l’hôpital Principal de Dakar Lamine Gassama, né en 1992, sera fixé sur son sort le mercredi 6 septembre 2017. Attrait hier devant le tribunal de grande instance de Dakar statuant en matière de flagrant délit, il comparaissait pour les infractions de tentative de viol et de vol commis la nuit au préjudice de la demoiselle Marie Christine Kankola.

Le parquet a requis une peine de 2 ans ferme pour le délit de vol tout en sollicitant la relaxe sur la tentative de viol qui n’est pas constituée. Le parquet soutient aussi que le sursis est exclu, car le mis en cause avait escaladé le mur du domicile de la plaignante, vers les coups de 4 heures du matin.

Il a ainsi rejoint la chambre de la fille pour tenter de la violer et de la voler. Au cours de son forfait, il a laissé son sperme sur le lit de la victime. Malheureusement pour lui, il a été aperçu par Yacine Diémé, qui l’a reconnu portant un tee-shirt blanc et une serviette autour des reins. Prenant ses jambes à son cou, il a été interpellé par la police, suite à la plainte de son accusatrice.

A LIRE AUSSI  Matam : saisie de 50 kg de chanvre, du sucre, de l’huile et des produits contrefaits par la douane

Devant le tribunal, Lamine a contesté les faits énergiquement. Pour lui, ce sont de fausses déclarations en jurant qu’il ne connaissait pas la fille, mais qu’il avait loué une chambre là-bas à 50.000 F. C’est pour cette raison qu’il dormait à la terrasse pour surveiller ses moutons. C’est faux, rétorque Marie Christine Kankola. «A 4 heures du matin, il est venu dans ma chambre où je dormais. Subitement, je l’ai vu courir et j’ai réveillé mon frère. Je me suis levée, mon père est monté lui demander mon téléphone ; je le reconnais», a-t-elle soutenu.

Du côté de la défense, l’avocat a demandé la relaxe purement et simplement, à défaut, la relaxe au bénéfice du doute. Selon la robe noire, il n’y a pas assez d’éléments pour entrer en voie de condamnation.

 

Fatou Diouf Dione (Stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.